Le bateau

Unity of Lynn, smack de 1906


Les Smacks de l’Essex, dont l’origine reste méconnue ont évolués à partir de la seconde moitié du XIX ème siècle vers une des formes les plus aboutie des voiliers de travail. Elégants comme des yachts, puissants, rapides et manoeuvrants, ces cotres pratiquaient la pêche dans les estuaires au nord de la Tamise.

Cette évolution tient peut être au fait qu’après les guerres napoléoniennes, les chantiers se mettent à construire des voiliers de plaisance aux performances éblouissantes, avec des lignes épurées d’une rare élégances. Or les pêcheurs les connaissaient bien, puisque l’été pendant les mois sans « r » ou ils ne draguent pas les huitres, ils embarquent sur ces yachts comme patrons ou matelots. Ce qui laisse à penser que la construction de leurs propres Smacks a été influencée par celle des bateaux de plaisance. Les chantiers locaux étant en mesure de proposer aux pêcheurs des unités répondant aux exigences de leur métier , mais plus esthétiques et surtout plus performantes.

Il existait plusieurs centaines de Smacks en service au début du XIX ème siècle. La flottille se divise en trois catégories : la première regroupe des unités qui ne dépassent guère 11 mètres de longueur pour 12 tonneaux de jauge destinées à la drague côtière et au chalut. La seconde est constitué de bateaux de 15 mètres jaugeant 18 tonneaux et ciblant surtout le poisson. La troisième enfin comprends les plus gros Smacks pouvant mesurer jusqu’à 20 mètres et pratiquant la pêche au large.

Cette évolution tient peut être au fait qu’après les guerres napoléoniennes, les chantiers se mettent à construire des voiliers de plaisance aux performances éblouissantes, avec des lignes épurées d’une rare élégances. Or les pêcheurs les connaissaient bien, puisque l’été pendant les mois sans « r » ou ils ne draguent pas les huitres, ils embarquent sur ces yachts comme patrons ou matelots. Ce qui laisse à penser que la construction de leurs propres Smacks a été influencée par celle des bateaux de plaisance. Les chantiers locaux étant en mesure de proposer aux pêcheurs des unités répondant aux exigences de leur métier , mais plus esthétiques et surtout plus performantes.

Il existait plusieurs centaines de Smacks en service au début du XIX ème siècle. La flottille se divise en trois catégories : la première regroupe des unités qui ne dépassent guère 11 mètres de longueur pour 12 tonneaux de jauge destinées à la drague côtière et au chalut. La seconde est constitué de bateaux de 15 mètres jaugeant 18 tonneaux et ciblant surtout le poisson. La troisième enfin comprends les plus gros Smacks pouvant mesurer jusqu’à 20 mètres et pratiquant la pêche au large.

Unity of Lynn est née dans l’Essex en 1906

Unity of Lynn fut construit en 1906 par Alexender Gostelow à Boston dans un chantier de la rivière de Lynn dans l’Essex. Elle fait partie des ces nouveaux Smacks bordés à franc bord contrairement aux précédents bordés à clins beaucoup plus fragiles. Un vieux charpentier du nom de Wyatt aurait tristement fait observer à son fils :  » regardes ces bateaux mon garçon, ils auront raison de nous, on ne nous demandera jamais de les réparer ».

Unity of Lynn a deux sister-ship Providence et Persévérance, Cette dernière est aujourd’hui conservée au musée national de la pêche de Grimsby. Ces bateaux étaient les emblèmes de l’Oddfellows Order, un regroupement de plusieurs professions maritime : charpentiers, Marins pêcheurs, voiliers, chaudronniers, tisserands…

Comme la plupart des Smacks de sa taille, Unity of Lynn pêchait au mouillage le sprat et la crevette avec un chalut. Deux hommes à bord étaient nécessaires pour mener la pêche et la navigation. A la fin de la saison de la crevette et du sprat Unity of Lynn désarmait pour draguer huitres et palourdes. Les Smacks de Kings Lynn avaient tendance avoir un franc bord assez bas sur l’arrière (20 cm sur Unity) et un pont relativement plat à l’arrière pour hisser le chalut bord. Une première restauration sera effectuée en 1955 en Angleterre.

Importée en France en 2004 par une copropriété, Unity of Lynn sera basée à Brest Finistère. Racheté en 2009 Unity of Lynn change de quartier pour Paimpol Côte d’Armor ou elle sera restaurée au chantier Conrath en 2013.

En octobre 2011 après 7 mois d’embarquement sur une célèbre goélette du Ponant Je me lance à la recherche d’un vieux gréement pour travailler avec dans le Golfe du Morbihan et y proposer des ballades en mer. Par l’intermédiaire d’un ami commun, je prends contact avec la propriétaire . Unity of Lynn est en piteux état mais c’est quand même le coup de foudre !

L’état du navire et l’ampleur de sa restauration me dissuade, je ne me porterai donc pas acquéreur. En 2013 n’arrivant pas à vendre cette perle de Smack en l’état, sa propriétaire décide d’engager la restauration . Je reprends contact en 2014 car Unity est toujours dans mes pensées mais son estimation ne correspond pas à la valeur du marcher. Début 2015 sa propriétaire me contact à son tour me signifiant que ce bateau est pour moi car depuis quatre ans, moi seul ai montré un réel intérêt pour Unity. Elle consent à faire un effort sur le prix de vente, nous organisons alors une rencontre pour nous mettre d’accord. C’est en février 2015 que la belle anglaise devient enfin mienne.

Unity of Lynn est un voilier cotre aurique d’intérêt du patrimoine. Série: Smack de l’Essex Construction bois.

Longueur de coque: 10,96 m
Longueur hors tout: 15,10 m
Largeur maître bau: 3,12 m
Creux: 1,45 m
Tirant d’air: 12 m
Tirant d’eau: 1,20 m
Jauge brut: 6,35 tx
Déplacement: 9 t
Motorisation: 36 cv Lombardini D
Capacité: 9 passagers et un chef de bord

Unity of Lynn est un voilier cotre aurique d’intérêt du patrimoine. Série: Smack de l’Essex Construction bois.

Longueur de coque: 10,96 m
Longueur hors tout: 15,10 m
Largeur maître bau: 3,12 m
Creux: 1,45 m
Tirant d’air: 12 m
Tirant d’eau: 1,20 m
Jauge brut: 6,35 tx
Déplacement: 9 t
Motorisation: 36 cv Lombardini D
Capacité: 9 passagers et un chef de bord